Trophée national double 2014

 

Le trophée national en double s’est bien déroulé, les 19 et 20 septembre dernier en Bretagne à Ploemeur.

Les représentants de la ligue LRMP ont encore frappé avec la plus pèche de la seconde journée et le titre

de Vice-Champion pour Loic Cosquer et Bruno Hansen de l’Harpon Club Agathois.

Le plus gros poisson de la compétition (un bar de 5kg) a été pris par Jean-Baptiste Clauss du

GASM Toulouse, qui termine à la 11ième place avec son coéquipier Jérôme Roche.

La victoire finale revient au marseillais Fabrice Joulia et à son acolyte de toujours Marc Foyer

qui ont su être régulier sur les deux journées.

Sur la dernière marche du podium, on trouve le récent vainqueur de l'individuel, Fabrice Valée avec son 

coéquipier Philippe Letty.

 

Lien vidéo :

http://youtu.be/H22Q6t5DW_k

Quelques photos :

https://picasaweb.google.com/patrickrondonneau/TropheeNationalDoubleLorient2014?feat=directlink

Article :

 http://apnea.fr/actus/offensive-mediterraneenne-en-regle

Résultat :

J1

J2

Général

 

 

 

 

 

 

 

Témoignage de Loic Cosquer :

Suite à un repérage de 4 jours de la zone 1 et  2, assortis de quelques bonus sur l’ile de groix pour peaufiner le tir sur les poissons bretons, les plaquettes d’amers sont prêtes.

La corne de brume sonne le départ et nous voilà entrain de courir pour se mettre à l’eau, et nager pour atteindre un éboulis à bar repéré. En chemin, je tombe sur les mulets en plein eau, Bruno me jette un fusil, trop tard ils s’enfuient. Malgré ça je fais un agachon encore essoufflé, et 3 mulets reviennent, j’arrive à en faire un de loin. Ça commence bien.

Après 10 min de palmage, nous voici arrivé sur les pierres à bar,  bien cachées sous un champ de laminaire (comme dirais Jérome le paysagiste  du club : ça mériterait un bon coup de rotofil).

 Je regarde sous une pierre malheureusement vide aujourd’hui et de dépit  j’attends ; un loup rentre à la maison : tir réussi.

 Ensuite en faisant des allers retours sur cette zone on fera 3 loups supplémentaires et un mulet (on en décroche et en rate 2). Pour la dernière heure,  on décide de rentrer en terre afin de trouver des vieilles (on n’aura pas vu une vieille à la maille pendant toute la semaine), mauvaise option trop de monde et seulement des petits poissons, tant pis demain changement de stratégie ce sera option Tacauds. 

Nous finissons  9ème.

 

Arrivé au mobil home, un choix stratégique s’impose pour le lendemain, nous ne sommes pas d’accord avec Bruno. Que faire ? S’adresser aux spécialistes des bars à trou : nos amis les Normands. Question : suite au repérage de la seconde zone, nous avons trouvé au large, une pierre perdue dans les laminaires, première visite  5 bars calés, 2 jours après, une vingtaine (leurs visages se décomposent), que devons-nous faire, pêcher devant nous en avançant  jusqu’à la pierre, ou y aller directement. La réponse est rapide : monter directement sur la pierre et pêcher à l’agachon autour avant d’aller voir à trou. Problème résolue.

Deuxième jour : le départ est donné, nous avançons vers les ilots du fort bloqué tout à coup, nous voilà dans un énorme banc de petite méduse, c’est la cata, me voilà entrain de palmer sur le dos pour les éviter quand des crampes arrivent au niveau des mollets. Impossible de palmer (il nous reste plus d’un km pour être sur la zone repérée). Je monte donc sur la planche et Bruno me tracte en me faisant la morale : « tu aurais dû te reposer la veille de la compet au lieu de pêcher des sars à Groix ». Nous voilà mal parti. Je suis sur mon taxi flottant pris de remords.  Soudain Bruno crie : « Vite un fusil, y a les mulets ». Je lui en donne un, et un agachon plus tard premier poisson un gros mulet. Je saute de mon taxi, le fusil chargé, prêt à en découdre, et je rate 2 tirs de la surface (ce n’est pas mon jour), du coup j’agachonne et enfin j’en accroche un à l’accroche poisson et Bruno un 3ème (trop cool), et puis plus rien.

On repart vers le large, et Bruno les revois, j’agachonne et j’en tire un gros.  Ensuite Bruno remonte en criant un mulet à la main : « c’est bon, on a le quota », en le tuant le mulet se débat et se décroche.  Au revoir le quota.

Après une mise au point animée sur le maintien des gros mulets, nous  arrivons à proximité de la pierre à bars. En tant que GPS portable (Bruno n’aime pas prendre les amers), je le pose à une cinquantaine de mètre de la pierre. Il agachonne et remonte en me disant qu’il en a tiré un gros mais mal. Je me précipite, je suis le fil qui passe dans une faille et par un petit trou je le vois. Je remonte et lui frappe dans la main, c’est bon il est doublé. Malheureusement, il est parti s’enraguer dans la pierre qui du coup est vide.

Il ne reste plus qu’une heure de compétition, et faute de vieille, on part sur un éboulis faire 3 tacots et un mulet supplémentaire (le quota est dépassé : ouf).

A la sortie de l’eau, on présente finalement 5 mulets, un bar (3,7 kg), et 3 tacots.

Après l’annonce des résultats, 1er de la journée, et 2ème au général,  il s’en suit une fête comme on ne l’avait pas encore vu, après 10 ans de compétitions avec Bruno.

Merci à Julien ELIAS de JFE pour la qualité de ces produits (palmes et combinaisons), et pour son soutien.

Merci à l’organisation sans faille de l’équipe de Sébastien QUESSEVEUR.



Le podium


La belle pèche du second jour du tamdem Cosquer-Hansen

 

 

Commander la licence FNPSA 2016: 

La ligue LRMP partenaire

des Pêcheurs Sentinelles:

Nos partenaires

  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow

Our site is valid CSS Our site is valid XHTML 1.0 Transitional